lundi 19 octobre 2015

Fin ... et suite

Retour à Beijing un an après notre retour, pour ce bout de tour du monde que nous n'avions pas réussi à caser dans notre premier périple.

Direction Lhassa par le train du toit du monde, escapade au Tibet, puis, envol pour Katmandu, la route de l'Amitié étant fermeé à la frontière depuis le tremblement de terre du mois de mars 2015.




Retour en image, orchestré par Apolline ...

Cliquez ici ! => => Tibet Népal 2015




mardi 15 juillet 2014

Bon ... nous sommes rentrés, mais impossible de rédiger notre dernier article !
Il viendra, c'est certain, mais manifestement pas tout de suite.
Revenez nous voir d'ici quelques temps !


mercredi 18 juin 2014

Dernière escale à Montréal !

Nous quittons New York pour notre dernière escale, le Québec !
Après les modalités aéroportuaires habituelles, nous patientons juste à l'entrée de l'avion car il n'y a pas de pilote (!), qui arrive quasi en courant, suivi de sa copilote (véridique), 15 minutes avant le décollage... No comment ... On espérait juste qu'il n'avait pas la tête ailleurs pour le décollage !



Nous sommes accueillis avec plein d'offrandes par les cousins québecois; cela fait plaisir de revoir la famille! Dadou est là aussi, le poignet réparé après nos aventures cambodgiennes à la recherche du poivre de Kampot ! JK, le grand-cousin, bientôt canadien, a toujours autant de succès auprès des enfants !



Nous nous installons confortablement rue Lajoie, thème de cette dernière semaine de voyage. Nous ferons une véritable orgie d'écrans, de baguettes, de fromage, et de scrabble, sans oublier les câlins aux chats. Marjo et David réussiront tout de même à nous faire sortir à la découverte de Montréal et ses environs ... et à nous faire démonter quelques meubles !
Nous assisterons au quotidien des cousins, qui vont à l'école, (eux), dans ce charmant quartier d'Outremont aux rues boisées et maisons de briques. Nous avons du mal à imaginer qu'il y avait encore de la neige il y a quelques semaines à peine !
 

Nous sommes contents de ré-entendre parler français, même si on ne comprend pas toujours tout ... !
Au restaurant : "c'est pour qui la croquette et la frite ?" pour des nuggets avec des frites.
Dans les faits, l'anglais est quand même parlé partout, avec parfois un mélange "franglais" surprenant au début: "voulez-vous que je refill votre coke diète ?" ou "bonjour, hi, comment ça va ?"
Mais le plus sympathique, c'est bien sûr l'accent québécois, les expressions orales ou écrites, qui nous dépaysent même après 3 mois d'espagnol et 1 mois d'américain !

La revendication de la langue française est forte, dans le système administratif en particulier, où on évite soigneusement (réglementairement même) tout anglicisme. Le moindre mot anglais est ainsi "translaté" en bon français, par moment au delà du nécessaire  ...



        Version américaine         ...                 française         ...               québécoise


 
Nous fêtons avec quelques jours d'avance l'anniversaire de Simon, qui recevra en cadeau une magnifique casquette ... comestible !

Un vrai régal pour le yeux,..., mais aussi pour le ventre, délicieux gâteau au chocolat confectionné par Anne, véritable magicienne. On vous laisse découvrir ses œuvres éphémères sur http://gateauxagogo.wordpress.com.

La date fatidique approche et nous faisons nos bagages pour la dernière fois. Tiens, c'est bizarre, c'est la seule fois du tour du monde que les valises ont du mal à fermer et que nous égarons les passeports... Merci à Marjo et David pour leur accueil, à Lisa et Maxence pour leur bonne humeur, à Dadou de nous avoir laissé gagner au scrabble et aux chats pour leur beaux poils en souvenir !


Nous rentrons après cette dernière escale ... Restez connectés, la rondade-flip n'est pas tout à fait terminée; DERNIER ARTICLE DANS QUELQUES JOURS !




vendredi 13 juin 2014

En attendant le retour !

Retour imminent... et premier bilan en images en attendant un point sur Montréal la semaine prochaine !




mardi 10 juin 2014

24 heures à New-York


Musée du Rubik's Cube, Statue de la Liberté, musée de l'immigration, Central Park, photo "sautée" avec les 4s et les experts en la matière - lebontourdumonde, shopping, pont de Brooklyn, pont de Manhattan, Memorial 9/11, boutique m&m's, playstores Sony, Windows et Nitendo, Moma, comédie musicale sur Broadway, Jersey city ... Nous remplissons méthodiquement une à une toutes les missions que nous nous étions affectées pour cette dernière ligne droite, et pour notre dernière journée à New-York, nous avons prévu de nous lever tôt !








 

Nous avons beau nous trouver dans la ville qui ne s'arrête jamais, de 1h à 9h ce samedi, nous dormons.

Lever échelonné ; nous avons manifestement échoué dans notre première mission du jour ... Afin de nous rattraper, tout le monde s'affaire à confectionner une pile de pancakes aux chocolat, avec l'objectif ambitieux de terminer la boîte de préparation géante que nous avons achetée la veille de notre départ ...
Tout doit disparaître ! Apo et Agathe se chargent sans sourciller de cette tache bien particulière ; le sirop d'érable coule à flot. Cette épreuve est un succès !
 

Départ presque matinal (...) pour Central Park. Quelques blocs et nous nous mêlons aux new-yorkais, taxis et touristes, en famille, entre amis pour un samedi ensoleillé.

Balade à vélo dans le parc parmi les marcheurs, les joggeurs, les rollers, les skateurs, les calèches ...


Passage au MET (Metropolitan Museum) et sa terrasse avec l'une des plus belles vues de New-York. Nous enchainons maintenant nos missions avec succès !




Pour nous récompenser, nous décidons de nous offrir les meilleurs hamburgers du monde (au dire des New-Yorkais) chez Shake Shack !















Après 57 minutes de queue (véridique !), lessivés par cette attente, nous arrivons à la caisse, passons commande et savourons ce repas tant attendu. Verdict :
"vraiment les meilleurs !" pour les filles,
"sans conteste les plus chers du monde" pour les garçons !

Retour à Central Park. Au programme, frisbee et lecture devant les matchs de softball de l'après-midi.

Ravitaillement au Whole Foods Market  (notre "Mecque" de la street food à Manhattan) à Columbus Circle.

 
Deux stations de métro plus tard (Simon nous dirige les yeux fermés dans les dédales du métro new-yorkais), nous nous installons sur Great Lawn pour la soirée.


Soupirs, il faut rentrer, on a des valises à préparer, re-soupirs... On pense à nos amis tdmondistes déjà rentrés ou sur le départ ...



 Les bagages sont terminés ; mission accomplie !
video



Prochain article dans la semaine !


Article imminent !



dimanche 1 juin 2014

Go Yankees !

Trois groupes s'étaient constitués pour cette journée de samedi à New-York. Alors qu'Apo et Lindsey (notre ancienne jeune fille au pair) ont écumé les parfumeries et magasins de vêtements,


qu'Agathe et Magali ont parcouru tous les étages de la boutique M&M's,

  

Simon et moi sommes allés voir les pros s'affronter au base-ball !

A New-York, il y a 2 grandes équipes : les Mets et les Yankees. Nous, on avait décidé d'être des Yankees. Du coup, on a pris 2 places pour aller supporter notre équipe contre les Twins du Minessota au Yankee Stadium ! 







Le base-ball aux Etats-Unis, c'est une institution ; on se rend au stade en famille, avec les couleurs de son équipe de la tête aux pieds.  Ambiance très bon enfant ; tout le monde fait le plein de hot-dogs, de frites et de bière, et va s'installer à sa place. So did we !


 
Le match commence par l'hymne nationale, tout le monde la main sur le cœur (respect !), et c'est parti pour 3 heures de jeu environ !


Mais le spectacle, c'est aussi et surtout dans les tribunes que cela se passe... Il faut bien voir que le base-ball, c'est sympa, mais c'est pas le plus rythmé des sports et à la fin, c'est tout juste si les joueurs doivent avoir besoin de prendre une douche... Pour faire simple, le lanceur lance la balle, le batteur de l'équipe adverse essaie de taper dedans, et les joueurs de champs de l'équipe du lanceur rattrapent la balle -  si possible avant qu'elle ait touché le sol - et se la lancent dans tous les sens en attendant le lancer suivant.


Et vu que les écrans fourmillent de (pub et de) statistiques, on a fait nos comptes : le lanceur tire hors cadre 4 fois sur 7 en moyenne, et quand il cadre bien, le batteur manque la balle 2 fois sur 3. Quand le batteur ne rate pas son coup, il tire hors du terrain 1 fois sur 2. Et quand elle ne sort pas, la balle est rattrapée de volée (ce qui élimine le batteur) 1 fois sur 4 ou hors d'atteinte des rattrapeurs 2 fois sur 4. On vous laisse faire vos comptes, nous on a trouvé qu'il y a une véritable action de jeu 1 fois tous les 56 lancers... !
Heureusement, les choses sont bien faites et il y a 9 manches de 6 lancers minimum, soit au moins 54 lancers ! Bref, vous l'avez compris, à peu près une phase de jeu à suspens dans le match en moyenne ...
On a donc eu le temps de regarder et de comprendre à peu près les règles et le tableau d'affichage; il nous fallait au moins ça !

Du coup, tout est propice à acclamations de la part du public pendant les changements de terrain : la famille qui se fait upgrader dans les loges de Delta Airlines, le petit garçon qui gagne au tirage au sort un paquet de chips plus grand que lui, l'autre famille qui gagne une pizza géante... Pas de doute, les américains aiment les gagnants ! D'ailleurs, l'équipe qui gagne les championnats US est sacrée championne du monde ; rien que ça ...


On chante tous en coeur "God Bless America" après le 6ème round (on n'a pas bien compris pourquoi), mais le summum, c'est quand le batteur batte un grand coup (généralement hors limites :-)), et qu'un père de famille rattrape la balle de volée dans les tribunes ! On ovationne l'entrée du batteur star des Yankees, (Derek Jeter), les 92 ans d'un vétéran de la seconde guerre mondiale présent dans le public (great !), et tout le stade hurle la bonne réponse lorsqu'une maman doit retrouver une balle cachée sous 3 casquettes. Et pendant ce temps ou presque, le jeu se déroule tranquillement sur la pelouse, et on suit l'ensemble - même le match ! - avec vraiment pas mal d'intérêt.

Au final, les Yankees gagnent, à priori à peu près toujours (3-1 aujoud'hui), et nous sommes rentrés à la maison vraiment contents d'avoir réalisé ce rêve de longue date.